Canada (Francais)

Quel avenir pour les stations de basse et moyenne altitude?

30 décembre 2020 | Skiinfo

Actualités Régions Canton de Vaud

Stations dans cet article: Château d'Oex, Leysin - Les Mosses - La Lécherette, Les Paccots, Les Pléiades

undefined
Copyright: Léty-Siâh

 

Le Col des Mosses, un petit village de moyenne altitude dans les pré-Alpes vaudoises, en Suisse. En cette période de Noël 2020, la neige tombe en quantité et les pistes de ski sont ouvertes. Le parking du village est plein, les gens font la queue pour les remontées mécaniques. Une saison d’hiver normale, en soi. 

Normale? Pas si vite! Quand on parle avec les employés des remontées mécaniques, le discours fait réfléchir. Ils nous expliquent qu’ils sont heureux de travailler cette année et d’accueillir de nouveaux clients. En revanche, c’est loin d’être toujours la norme. Depuis maintenant une quinzaine d’années, la neige se fait de plus en plus timide en décembre. 

« Il y a trente ans, je me souviens, on avait tellement de neige que ça bloquait parfois la porte du chalet. La neige arrivait même parfois jusqu’aux fenêtres, » nous raconte un habitant du village, installé ici depuis plus de 60 ans. 

Si on parle à la plus jeune génération, le discours est différent. Ce qui marque leurs souvenirs des hivers aux Mosses, ce n’est pas la quantité de neige. C’est l’inconstance des chutes de neige et l’incertitude qui règne autour de chaque saison hivernale. 

 « On sait jamais vraiment quand on va commencer à travailler. Parfois, on a de la chance et il neige pour Noël, alors avec les vacanciers on a plein de visiteurs et la neige tient ensuite toute la saison. Parfois, il ne neige pas avant fin janvier et on perd un mois entier de travail! Parfois, il ne neige presque pas de la saison, alors on ne travaille pratiquement pas, » nous raconte un employé de l’Ecole Suisse de Ski. 

Quelque chose a changé, tout le monde s’accorde pour le dire. Sur l’espace des vingt ou trente dernières années, des changements notables au niveau de l’enneigement ont été remarqués par les stations de basses et moyennes altitude à travers le monde. La neige se fait plus timide, moins abondante, moins prévisible. 

L’impact économique sur ces stations est conséquent. Les périodes d’activité se réduisent. Pour certains, il devient même parfois complètement impossible de travailler toute la saison! Le résultat est simple: certaines stations finissent par inévitablement fermer. C’est le cas par exemple du télésiège de Mont Chevreuil, dans les pré-Alpes vaudoises. Certaines communes n’arrivent plus à soutenir financièrement des exploitations qui ne rapportent pas assez. 

 

  - © Léty-Siâh
Copyright: Léty-Siâh

Des stations comme les Paccots ou les Pléiades, situées respectivement à 1060 et 1361 mètres d’altitude, savent qu’ils sont les prochains sur la liste. Quand on sait que ces changements ont eu lieu rapidement sur l’espace de quelques décennies, il est normal de s’inquiéter pour l’avenir! Nous avons demandé à des habitants de ces régions de basses altitudes ce qu’ils pensaient de l’avenir de leurs stations de ski. Certains pensent qu’il ne reste que quelques années à ces stations avant de ne plus ramener assez de profit. D’autres espèrent pouvoir encore tenir et voir la situation se stabiliser. La seule constante semble être l’incertitude. 

  - © Léty-Siâh
Copyright: Léty-Siâh

Face à toutes ces nouvelles négatives, n’y a-t-il donc rien que l’on puisse faire pour sauver l’âme de ces stations de montagne ? 

Les canons à neige sont une solution. Largement critiqués par les mouvements écologiques, car très énergivores, ils apportent de la neige là où il n’y en a plus. Certaines petites stations commencent à s’équiper pour faire face aux hivers difficiles qui les attendent. Cela peut faire gagner quelques années à des stations en danger, mais cela ne règle pas le problème pour autant. Il faut garder l’espoir de voir apparaître de nouvelles technologies à temps pour sauver les petites stations! Une nouvelle génération de canons à neige moins gourmands en énergie et plus efficaces pourrait apporter des solutions sur le plus long terme. 

« Il faudra trouver d’autres solutions, d’autres activités à pratiquer dans la région. Par exemple, la randonnée en raquette ou à ski dans les périodes où il y a de la neige, comme nous n’aurons plus de remontés mécaniques, si ce n’est plus économiquement viable. Prolonger les activités comme la randonnée pédestre ou le vélo plus longtemps sur l’automne. C’est clair, il va falloir s’adapter, nos hivers seront simplement différents ici. C’est à nous d’innover pour sauver les stations maintenant. On aura toujours de la neige, parfois un tout petit peu, parfois beaucoup! Reste à savoir ce que nous allons faire avec!  » conclue une employée saisonnière dans la région de Leysin, en Suisse. 

 

 

 

Publicité

Publicité

Publicité

Profitez Encore Plus de NeigeSki

Obtenir les bulletins de neige, les prévisions météo, et les conditions pour vos régions préférées. Commencer.